MISE AU POINT : vous pouvez commenter…

Quelques lecteurs m’ont fait savoir par des médias divers qu’ils regrettaient de ne pas pouvoir déposer de commentaires sur mon blog.

J’ai alors réalisé qu’il ne s’agissait pas d’un choix de ma part mais d’une erreur dans la configuration du site. Elle est maintenant réparée. Les articles nouveaux paraîtront avec la possibilité de les commenter et pour que personne ne se sente frustré, les anciens ont été pourvus de la même caractéristique.

Pour autant, l’esprit du blog ne changera pas et je réinvite donc tous les lecteurs à lire l’Éditorial qui le définit.

Parce que je n’entends me lier par rien, je ne m’engage ni à répondre, ni à ne pas le faire. D’abord par choix (manifestation, sans doute, de la suffisance dont on me gratifie sur un autre blog), mais surtout parce que je me heurte à cet obstacle pour tous infranchissable que les journées n’ont que 24 heures.

Dans le même esprit et parce que je suis mon propre médiateur, je prie les intervenants de me pardonner si leurs commentaires ne sont pas publiés dans la seconde qui suivra leur insertion…

Je ne trouverais naturellement que des avantages à ce que les différents intervenants dialoguent entre eux.

 

• Cas particulier de Maître Eolas :

Je pense que je ne répondrais jamais à Me Eolas pour deux raisons :

–   La première est que je ne voudrais pas que la blogosphère pénale devienne un colloque singulier entre lui et moi, ce qui lasserait rapidement tout le monde ;

–   Ensuite parce Me Eolas semble beaucoup plus doué que moi (entre autres choses) pour gérer son temps et que j’aurais nécessairement toujours un train de retard.

Quoiqu’il en soit, et bien qu’ignorant toujours son identité (vous ne voulez décidément pas me contacter autrement pour me le dire ?), je l’assure de l’affection que j’ai toujours pour mes anciens étudiants, quels que soient les sentiments qu’ils peuvent nourrir à mon égard.

Heureusement pour moi, tous ne partagent pas l’avis de Me Eolas, sinon il y a longtemps que je serais partie me faire oublier dans l’hémisphère sud !

Soyez gentils ! Ne répondez pas « Quel dommage que vous ne l’ayez pas fait ! », même si vous le pensez : je suis une vieille dame sensible.

Voilà ! Tout est dit.

Merci à ceux qui resteront…

3 réflexions au sujet de « MISE AU POINT : vous pouvez commenter… »

  1. Cleyo

    Trouver le nom de Maître Eolas, révélé par un journaliste en mal de sujet, n’est vraiment pas sorcier… il suffit de se donner la peine de poser la question sur un moteur de recherche, et, hop ! magique. Cela n’obèrera pas trop les 24 heures que comptent la journée.

    Répondre
    1. marc

      @Cleyo
      Il semble que la galanterie cède sous le poids du blogging. L’auteur n’est pas née avec un clavier dans les mains comme la plupart des bloggeurs juridiques « connectés ». Un peu d’amabilité si ce n’est pour l’âge, du moins pour la gente féminine.

      @mlr
      Je ne partage pas votre point de vue concernant le billet « AVOCATS PENALISTES ET GARDE A VUE », toutefois la position de Maître Eolas me paraît trop partiale.
      « Au choc des idées jaillit la lumière » disait Nicolas Boileau. Je ne pense pas qu’une réponse de votre part entraine un débat stérile, ce n’est pas le genre du bloggeur précité.

      Au plaisir de vous lire, sur ce sujet comme sur d’autres

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *